Mon périple dans les Côtes d'Armor

Comme la Bretagne reste assurément l’une de mes destinations favorites (voir ici, et ), j’ai décidé cette fois ci d’aller visiter les Côtes d’Armor. Département pas forcément le plus réputé de la région mais qui cache cependant quelques bonnes surprises d’après ce que j’avais pu voir en vidéo.

La première chose que je souhaitais faire c’était de me rendre du côté de Perros Guirec, sur la côte. La commune reste le point de départ parfait pour se faire une petite promenade le long de la Côte de Granit Rose. Mais si, vous savez, cette roche si caractéristique à l’endroit, que l’on retrouve sur une dizaine de kilomètres à peine. Une balade fort agréable le long du sentier des Douaniers (3h aller-retour tout au plus) pendant laquelle vous aurez la chance de voir ce genre de petits cailloux :

rochersCelles et ceux qui ne sont pas du tout fan de balades (bouh les fainéants), se contenteront bien entendu de cette photo et seront donc invités à lire ce mini guide du tourisme qui en dit plus sur Perros Guirec et ce qu’il y a à faire.

Après avoir visité le centre ville de Lannion, le village de Tréguier, mon aventure s’est ensuite poursuivie plus loin vers Paimpol-Ploubazlanec. J’y ai d’ailleurs pris le bateau pour aller sur l’île de Bréhat. Et en 10 minutes à peine vous êtes à bon port ! Autant vous dire que cela vaut clairement le coup quand on sait que l’île est un véritable petit paradis au beau milieu de l’eau. Mon coup de cœur, à n’en pas douter.

Le deuxième jour, j’ai mis le cap vers Saint-Brieuc, sans cependant y rester longtemps, car j’ai préféré aller visiter sa baie et ses petites stations balnéaires si je puis dire. Un détour là aussi indispensable qui vous redonne un bon coup d’air frais dans… la figure (pour rester poli). Les réserves naturelles et panoramas autour de la baie sont des décors absolument revitalisants, croyez-moi.

Avant de m’en retourner, j’ai aussi poussé jusqu’à Pléneuf-Val André, ville plutôt classe où l’on peut trouver notamment une plage de plus de 2km. L’hiver c’est vide, l’été c’est plein, évidemment. Quelques dizaines de kilomètres plus loin, Erquy a signé la fin de mon périple encore sur une excellente note. Je vous conseille d’ailleurs vivement d’aller vous garer vers le port et de partir à pied longer la côte sauvage. En tant que bon gaulois, il n’y avait probablement rien de mieux qu’une bonne balade dans la ville natale d’Astérix (vraiment ?) pour clore mon escapade dans les Côtes d’Armor !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>